Atelier d’écriture avec Pierrine Poget

Ce samedi 25 mai, nous avons été invités à la 3e Journée d’étude du CAS (certificat d’études avancées) en techniques de la communication écrite, à l’Université de Genève, Faculté de lettres.
L’auteure qui a animé cet atelier est Pierrine Poget. Née en 1982 à Genève, Pierrine évolue dans le domaine des arts plastiques  (peinture) et l’écriture (poésie). Elle a publié 3 œuvres : Fondations, Ils étaient six ou sept, nés d’octobre , C’était le mois de taille et est co-fondatrice du C-FAL, le Centre de formation artistique et littéraire à Genève. Après avoir lu un de ces textes et partagé quelques réflexions avec les participants, elle nous a proposé un exercice pratique. Je partage ici ma composition.


1) Choisir 3 phrases-souvenir qui expriment une mémoire liée aux odeurs, sensations, goûts ou encore à la musicalité des mots.

Taratatatata fait la trompetteuteu, y’a du ratatata dans la trompetteteuteu”
– “Jefe nefe suis-fi plus-fu tafa cofopifinefe”!
Ambre solaire, plastique du boudin de la bouée, rugosité du parterre de la pataugeoire d’Onex, l’acidité de la glace à l’eau Rocket et le goût du bâton en bois de la glace mâchouillé et prêt à se désolidariser en allumettes dans ma bouche d’enfant.”


2) Sélectionner 1 mots par phrase (souligné) et le faire “dériver”. Faire des recherches terminologiques sur ces mots.

Douroudoudou fait le trombo-neuneu, y’a du blues dans le trombo-neuneu” (onomatopées)
“Jegue negueu suigui paga taga cogopiguineugueu!” (la langue de feu)
Graisse à traire, inhospitalité, bambin” (graisse à traire)


3) Choisir 3 phrases ou expressions marquantes.

“What goes around comes around” (Paul Crump)
“Who the cap fit let them wear it” (Bob Marley)
“Le monde a fait de moi une putain, je ferai du monde un bordel” (Friedrich Dürrenmatt / In : La visite de la vieille dame”)

4) Trouver une relation entre les 3 expressions avec les 3 mots étudiés :

“What goes around comes around” -> onomatopées
“Who the cap fit let them wear it” -> la langue de feu
Le monde a fait de moi une putain, je ferai du monde un bordel” -> graisse à traire

4) Choisir une de ces phrases et inventer la phrase dite juste avant et juste après.


5) Enfin, tricoter et rassembler chaque parties :

Elle arriva au sein de cette ville de banlieue qui l’avait laissée sombrer dans un grand dénuement, dans une immense solitude.
Pupille de l’État, elle était partie le jour de ses 15 ans et revenait ce jour.
Le maire, le curé, tout le-monde l’acclamait dans leurs plus beaux habits.

Douroudoudou, douroudoudou“, l’heure de la vengeance a sonné et des justes retours de bâtons aussi.
Onomatopées, création de mots par imitation de sons évoquant l’être ou la chose que l’on veut nommer.

What goes around comes around.
“Tufu nefe faifait pafas parfartifie defe nofotrefe vifillafagefe!!”
Langue de feu. Codage utilisé par les enfants, serait à l’origine une forme de javanais. Langue de feu, c’est aussi une plante ou un flamand rose, une maladie de la langue, une pièce pour soprano, un haricot, une arme dans le jeu WoW (world of warcraft), et enfin un cocktail pimenté.

Elle avait bambin tellement subi de moqueries, d’intimidations de n’avoir pas eu de parents, d’avoir porté les habits de la kermesse, qui bien souvent étaient rapiécés et avaient été portés neufs, par ses camarades.
Inhospitalité. Comment pouvait-elle se sentir rattachée à cette histoire?
A cette petite ville qui n’avait jamais cru en elle?
Inhospitalité comme cette pataugeoire rugueuse, qui lui faisait saigner les genoux petite, mais distraite par le jeu et les autres, elle avait intégré cette douleur comme faisant partie de l’expérience de jeu, l’expérience de vie en société. Inhospitalité.
Voilà les souvenirs qui remontaient de ces années à Ploucville.
La graisse à traire dont elle enduisait les pis des vaches durant les étés où elle était réquisitionnée pour les travaux de ferme, alors que ses camarades, elles, occupées à se baigner dans les rivières alentours s’enduisaient de ce corps gras afin de scintiller.
Destinée à bronzer plus vite, cette graisse de composition minérale était à l’origine utilisée pour enduire le pis des vaches, avant la traite, afin de faciliter l’exercice.

What goes around comes around. C’est le karma ou le juste retour du boomerang de la vie, pensait-elle.
Le blues du temps révolu, le blues du temps subi, et de celui que l’on ne veut raviver.