A la chasse aux fantômes du passé

La vie est ainsi faite de belles rencontres, de cheminements à deux, plus ou moins longs. De relations entrecoupées de période de célibat où il fait bon se remasteriser, se remettre en fonction pour être prête à aimer follement quelqu’un, ou à se « remettre en scène au galop » (comme le dit Paris Combo, dans « senõr »). À nouveau. Parfois, il est utile de retourner dans les méandres de son passé. Dans ces relations qui ont laissé des blessures et qui, malgré les années passées, arrivent encore parfois à faire émerger un certain ressenti et une ingratitude encore palpable. Il suffira d’un soir de remise en questions ou de solitude amoureuse, pour que son souvenir se rappelle à vous. Waouh c’est fou comme notre mémoire et psyché nous veulent du bien! À ne garder que le meilleur, à créer une sorte de réalité améliorée , à réparer ces blessures. Tout ça sûrement dans une logique de bienveillance et de résilience vis à vis de nous-même. Vous vous sentez forte, prête à affronter ce fantôme du passé, qui parfois appelle la nuit du weekend, lorsque trop aviné, il croit que vous allez plier. Car oui vous avez déjà plié… Pour ça qu’il vous rappelle, un an après, sans aucune gêne. Non, non, non! Il peut s’agir d’une relation qui s’est terminée en queue de pie, sans explications, d’une personne qui n’a volontairement pas voulu « s’attarder » sur une franche explication. Les raisons nous dépassent parfois, mais tout ça a comme conséquences de cristalliser la « chose » et d’en rendre le deuil moins facile. Alors, vous avez décidé, tout soudain, d’aller au bout de la nuit et de cette relation, afin qu’elle devienne aussi insignifiante et insipide, qu’un plan-cul un soir de festival.. Banalisons le bonhomme tout d’abord, car à part vous avoir fait souffrir à un temps donné, il ne mérite vraiment pas que l’on s’éternise dessus. Faut renverser la tendance gente dame! En étant froide, opportuniste, juste à son niveau (le contacter vite fait pour un verre et du sexe et partir au petit matin sans donner de news. Respect! Et surtout plus le rappeler) Lui étaler vos sentiments passés, échus… Lui montrer qu’il n’est qu’un homme de transition, de passage, pas un de ceux avec qui l’on s’engage et l’on fait des enfants… Ignorer ses appels, le snober lorsque vous le croisez dehors, le faire passer pour ce qu’il est : insignifiant. Bref, tout ce qui lui fera oublier votre numéro les soirs où il rentre bredouille de ses soirées salsa au Boa. Fouk!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.