Lien zique qui aura rythmé ce moment historique

Ce tune c’est “Subhana” par Ahmed Ben Ali. Sorti en 2008, réédité par le label Habibi Funk en ce début d’année, il pimente les ondes de Radionova (merci pour le repérage) depuis lors. C’est bon, c’est rythmé et très “catchy”. Et selon le site Grigri, “si ce titre vous laisse de marbre, veuillez consulter immédiatement votre médecin”…

Inspiré d’un poème libyen d’AbdelKader Bouhedma, le titre, pour l’anecdote selon le site Djolo, serait resté une dizaine d’année en “hibernation” derrière une chaîne YouTube créée par Ben Ali où le mot de passe avait été égaré.

Ben Ali explique son intérêt pour le reggae en le contextualisant dans le paysage musical libyen : “Les rythmes folkloriques libyens sont très proches de ceux du reggae. Si un Libyen écoute du reggae, il arrivera facilement à se l’approprier car cela lui sonne familier. C’est une des raisons pour laquelle le reggae est devenu populaire ici”.

Comme l’explique Radionova ici, le reggae a eu son âge d’or ? Ce fut pourtant le cas dans les années 70, au moment de l’explosion mondiale du reggae. À Tripoli, on écoutait Bob Marley ou Peter Tosh comme on le faisait à Kingston, à Londres, à New York, à Paris. Et certains groupes locaux s’en inspiraient, proposaient une vision du genre qui leur était propre, ajoutait leur touche à un édifice déjà imposant et qui allait s’agrandir encore. Un reggae spécifiquement libyen, basé sur un mélange entre les sonorités jamaïcaines et celles, folkloriques, venant de Libye (le Zimzamet notamment), était sur le point de voir le jour.