Liste des non-résolutions 2022

DÉCONNECTE

– À moins d’une loi nationale de droit à la déconnexion et de clauses spécifiques, ton beau puzzle inachevé et autres cotillons de ta table de réveillon, dans ton salon tu ôteras, pour faire place à ton PC, tapis à souris et autres joyeusetés qui font ton quotidien depuis 2 ans.

GARDE LE LIEN

– ton enthousiasme naturel à alimenter ta vie sociale et ton cercle élargi d’amis, tu garderas. Les 3/4 étant cas-covid, non-vaccinés ou en pleine somatisation, même toi, tu ne sais si cet état patraque et ce mal de tête entêtant, ne sont que les conséquences d’une soirée d’un vin rouge qui tâche, de mauvaise facture. Dans le doute et la crainte d’aller potentiellement infecter des amis qui t’invitent chaleureusement à leur soirée de 31, tu te retires.

ALORS ON DANSE

– tu désespères car tu ne peux pas raisonnablement danser.. tout du moins pas en organisant des silent party mobile par groupe de 5 dans les bois , ce qui n’est pas chose aisée quand tu ne vis plus en tribu et que chacun est pris par le train-train.

L’ESSENTIEL / BACK TO BASICS

– tu retombes, l’hiver venu, dans ces sempiternelles visites des seuls lieux où tu communies avec les autres : les marchés, supermarchés et autres magases. Partageant comme seul et unique occupation : remplir son ventre . Tous affamés de culture et de vivre-ensemble que nous sommes.

STOP LE FLOW

– tu assistes, ne te sentant plus acteur, malgré toi, à la vie qui continue avec son lot d’injustices, tu assistes un peu hagard à ces événements qui auparavant étaient tout autant riches en émotions, mais ici et maintenant, tu n’as pas le temps de tout analyser. La prise du Capitole, les élections, le pessimisme ambiant à tout point-de-vue: covid, climat, crise, conflits, communautarismes, tout ceci servi en mode no future, le départ soudain des frères Igor et Grichka. Sans parler de celui qui n’a de Zorro que le Z. C’est un peu la 4e dimension. Il n’y a pas de recul, si peu, pour analyser, tout va trop trop vite. Ces discussions et prises de recul qui nous permettaient d’enrichir nos filtres et nos compréhension du monde et des autres sont, depuis tous ces mois, mises à mal. Chacun, campé dans ces positionnements, crispé par les débats ambiants, qui sont d’une violence inouïe sur les réseaux dits sociaux. Donc sois indulgent et bienveillant envers toi. Ne prends pas de décisions trop hâtives, à moins que dans tes tripes, tu ressentes que c’est de l’ordre de la survie. Auparavant nous parlions de sur-vie, right now il faut reconsidérer ces 2 ans passés et se ménager.

ENTHOUSIASME

– toutes ces recharges festives, dépaysement et bons moments passés, dans des soundsystem, des festivals, des fêtes de rue, tu visualiseras et dis-toi que tu sauras les apprécier comme jamais. Tu ressentais une certaine routine, la quarantaine passée à te réinventer et à encore t’enthousiasmer chaque année lors des réjouissances annuelles : Fête de la musique, fêtes de quartier. Toi qui avait l’agenda booké 1 an à l’avance, reconsidère ton agenda à 3 semaines actuellement. Ainsi, dans ce court laps de temps, tu auras tout de même une sensation de maîtriser ta vie, ton temps et tu apprécieras ce nouveau rapport au temps.

INDULGENCE

– détox…. Je te sens irrité … boire des tisanes, faire des cures de jus Biotta, Dry January, arrêter de fumer, et autres régimes. Cela ne sera peut être pas pour l’an 2022, cette année on passe. La modération sera le mot d’ordre.

LAISSE VENIR

– tu n’as pas la patience, tu trouves que le monde est dègue, tu chouines ou tu pleures à chaudes larmes, laisse venir. Tu as le droit, cela ira mieux après. Ne laisse pas cette impatience, colère ou frustration, aussi légitime qu’elle soit, t’emporter. Essaie de la canaliser afin qu’elle ne nuise pas à autrui. Fais-toi une soirée flashback années 80 avec une bonne paire d’amis, quelques arrangements en mode karaoké, quelques tubes bien trouvés, Goldman, Queen, Beastie Boys, Fishbone. Revibre le temps d’une soirée dans ce refuge nostalgique et régressif , à défaut d’aller à Londres avec ta moitié, tu te fais des voyages dans le temps.

LE CHANGEMENT EST EN TOI

– tu ne t’es pas encore recyclé, tu n’as pas encore quitté la ville et donc cette utopie en mode réinventons le travail, que l’on te sert fréquemment n’est que bullshit. Tu n’as pas de suite parentale, ni d’espace de télétravail dédié, c’est ta table de salon! Les managers commencent à lâcher du leste et à moins demander de justificatif des heures de télétravail, ils tendent également à avoir diminué le nombre de réunions d’équipe en ligne, en mode yakafaukon, pour un mode crise étendue, où tout projet est gelé et les équipes s’associent à de courts projets, des quick-win.

FAIS-TOI CONFIANCE

– tu avais de grands projets, de belles ambitions et tu ne sais pas de quoi demain sera fait. Tu voulais poser ta démission, te mettre à ton compte, tenter un grand saut. Fais-toi confiance et autorise-toi à ressentir en temps voulu ce qui te semblera adapté ou la disposition à adopter. Dans des temps incertains, fais confiance à ton instinct profond.

SE CONSTITUER SA RÉSERVE DE CULTURE-LECTURES

– tu as épuisé tout ton stock de séries Netflix que tu t’étais mis de côté, overdose de vidéos aléatoires via des chaînes YouTube et Facebook Watch. Tu as maté tous les classiques que tu pensais regarder une fois que tu serais grabataire et dans le 4e âge. Tu en as marre de colorier, broder et la nature est au repos mais tu peux aller déterrer quelques choux et renforcer ton système immunitaire, en allant braver les vents et températures de saison. La méthode kondo a épuré tes étagères de toute possession, le vent numérique a fait disparaître tout format papier de ton habitat et parfois tu regrettes cette frénésie à rendre ce lieu intime si impersonnel. Heureusement les bibliothèques publiques te permettent de combler ce manque.

RENCONTRER L’AMOUR

– tu en as marre de braver omicron, delta et un bon refroidissement à la clé, quand ce n’est pas un ou une tordu-e que l’on t’en préserve- lorsque tu souhaites rencontrer quelqu’un. Les temps sont difficiles pour les célibataires et ils ne sont pas roses pour les couples non plus.

MONDE MODERNE

– ok 24 mois, 2 ans, c’est vraiment une longue période que nous endurons, mais si l’on pense à ces changement de paradigmes, dans le domaine du travail, dans l’accélération et notre rapport au temps, sans parler de l’infobésité ou des fake news, on réalise que cela ne date pas de mars 2020 mais que tout ceci s’est insidieusement greffé à tout ça.

MÊMES ENJEUX

– tu te dis que peu importe, riche ou pauvre et je ne parle pas tant en termes de chance de survie, d’accès aux vaccins, services de santé, là-dessus nous sommes bien inégaux. Par contre, nous sommes tous dans la même merdouille, cela devrait nous donner un peu de gnaque, de se sentir un peu plus égalitaire dans ces temps incertains. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas, l’humanité dans son ensemble été confrontés à de telles circonstances.

COMPASSION

– tu penses aussi à toutes ces personnes moins privilégiées que toi, qui par faute de famille, de ressources, de soutien, ou qui par fragilité psychologique sont actuellement en difficultés, personne démente, handicapée, dépressive ou souffrant de troubles psy, toutes les personnes en précarité ou dans des situations déjà difficiles. Des partenaires au sein d’un couple qui ne se souffrent plus, mais qui doivent tout de même cohabiter. Pense à eux.

TU PRENDRAS SOIN DE TOI

– tu contemples ces 3 mois de mars à juin 2020, ou bien plus, où la vie s’était arrêtée et où il y avait un primo-sentiment de soutien presque fraternel entre notre employeur et nous, ces bonnes habitudes de prises, certaines sont restées, mais le stress est revenu, l’isolement soudain s’est fait persistant. Ménage-toi en t’offrant du repos, un bon bain, un massage, enduis-toi le corps d’une odeur réconfortante, un jus de fruit frais, un plat de légumes, vas dans une épicerie indienne dans le quartier des Pâquis, dépaysement assuré, voyage olfactif, fais-toi un thé à l’anglaise, un Palak paneer, un peu de farine de Tapioca pour la touche Brésil. L’épicerie Lyzamir, quartier Saint-Gervais offre une belle sélection d’épices et de produits orientaux.

VIS POUR TOI

– tanpis ou tant mieux. Ce ne seras peut-être pas cette année que tu brilleras de belles résolutions, ton bullet journal (ou tes boulets personnels) si l’on parle organisation et ben tanpis, cela ne sera pas l’année où tu abattras de belles listes de choses à faire (to-do-list) qui te rendaient année après année de moins en moins contenté de toi, de tout. Tu ne pornfoodiseras point ces restos que tu n’as point pu essayer, faute de pass valide. Tu ne nous arroseras point de photos toutes les plus exotiques et privilégiées de tes vacances ou moments volés -pas tant que ça au final!- Tu vas enfin vivre pour toi ! Vivre de belles expériences intérieures que tu peux choisir de garder pour toi. Quelle cure de jouvence!

BEAUTY WISE

– entre le survête et la paillette, c’est à peu près là où l’on se situe. Le jogging ou bas de pyjama, mixé à la paillette, entre fête et convivialité retrouvée. On avance tout de même masqués. Mascnée, peau du visage desséchée, cernes marquées. C’est l’année parfaite pour traiter les tâches solaires, une couperose localisée ou tenter une épilation définitive de la lèvre supérieure, la moustache quoi! C’est pile-poil le bon moment!

– renouveau, redécouvertes, réflexion, solidarité et attention à l’autre. Santé. Retour aux basiques.

Illustration: « Pinta cura » fresque lumineuse par Frédéric Post